Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



Brésil -Japon : la passerelle romanesque de Bernardo Carvalho

Avec Le soleil se couche à Sao Paulo , l’écrivain et journaliste brésilien Bernardo Carvalho nous ballade entre son pays et le Japon, sur les pas d’un personnage qui emprunte ces passerelles parfois étranges qui lient l’Amérique Latine aux pays d’origine de ses immigrants d’hier et d’aujourd’hui. Au passage, il pose plus d’une question sur la littérature et sur l’écriture.

13 janvier 2009, par Eduardo Olivares Palma

Écouter ou télécharger le son (click droit)

Ancien correspondant de la Folha de Sao Paulo à New York et à Paris, Bernardo Carvalho semble avoir un goût particulièrement développé non pas pour l’enquête -je suis un très mauvais chercheur dit-il avec un brin de coquetterie- mais pour la quête. Celle qui permet de découvrir les mécanismes et les raisons mystérieuses plutôt que les faits. Que l’écrivain cherche à nous livrer de façon aussi "brute" que le journaliste.

Je ne vois aucune métaphore dans ce que je dis, c’est d’ailleurs la première phrase de Le soleil se couche à Sao Paulo  [1] , roman qui est au coeur de cette rencontre de Bernardo Carvalho avec La Francolatina.


[1Le soleil se couche à Sao Paulo - Editions Métailié - 176 p.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots