Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



Eric Facon, photographe : pour faire le portait d’un Franco-Chilien...

Né à Pantin, Eric Facon avait six ans au moment du coup d’état. C’est à l’école qu’il découvrira le Chili par le biais de ces curieux "nouveaux qui ne parlaient pas français..."

2 septembre 2013
Ecouter le témoignage d’Eric Facon

Écouter ou télécharger le son (click droit)

De son père, Eric Facon dit avoir hérité un regard bienveillant à l’égard des étrangers qui arrivaient en France et qui devait forcément "être bons". Ce qui méritait qu’on les accueille, qu’on s’en occupe, voire qu’on s’y intéresse de près. Habitué à fréquenter des copains et des camarades de classe franco - italiens, franco-algériens ou franco - « quelque chose », Eric finit par s’intéresser tout naturellement aux franco-chiliens.

Devenu photographe professionnel dont les travaux dont été publiés aussi bien en France (Libération, Le Monde, Télérama, National Geographic France) qu’à l’étranger, il leur consacre lors du 30 anniversaire du coup d’état, un série de portraits intitulée Hijos del Exilio/Enfants de l’Exil. Un travail qu’il décide de reprendre 10 ans plus tard et qui a donné lieu à une exposition et un livre qui font partie des commémorations des 40 ans du coup d’état.

Voici, à écouter, son témoignage recueilli par le journaliste franco-chilien Diego Olivares, qui signe par ailleurs le prologue de l’ouvrage consacré à la « nouvelle mouture » de Hijos del Exilio/Enfants de l’Exil.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots