Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



Bernard Burel : " le 11 septembre 1973 est l’une des dates les plus noires de l’histoire de ma vie "

L’ancien directeur de la Cité de l’Espace est un jeune coopérant (et militant) de 25 ans lorsqu’il se rend au Chili de l’Unité Populaire pour "participer au beau rêve de concilier socialisme et démocratie".

29 août 2013
Écouter ici le témoignage de Bernard Burel

Écouter ou télécharger le son (click droit)

Bernard Burel bondit lorsque nous commençons l’enregistrement de son témoignage en lui demandant pourquoi le 11 septembre 1973 l’a tellement interpellé.

Il ne m’a pas « interpellé » ! Avec la mort de mes parents la chute de Salvador Allende c’est l’une des dates les plus tristes et les plus noires d l’histoire de ma vie, précise cet ancien militant du PSU qui, 4 ans après mai 68, décide de partir avec Danielle, sa jeune épouse, à la rencontre du « rêve » chilien de concilier socialisme et démocratie.

Il n’y va pas en touriste et s’engage notamment dans l’ENA chilienne. Fruit de la coopération entre la France et le Chili, le projet original, inspiré du modèle français, prendra une toute autre allure avec l’arrivé de l’Unité Populaire. Il ne s’agira plus de former des cadres pour la haute administration de l’état chilien mais de tenter « une expérience inédite d’émancipation des salariés et de démocratisation de la société ».

Le 11 septembre sonna la fin du rêve mais pas celle de l’engagement de Bernard Burel avec le Chili.

(Propos recueillis par Eduardo Olivares)


- Vous pouvez lire ici le témoignage de ceux qui, avec Bernard Burel, participèrent au projet d’Ena chilienne.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots