Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



Exclusif : "20 ans après les accords de paix le temps de la justice et de la vérité est venu au Salvador"

A la veille du coloque qui se tient ces 26 et 27 janvier à Paris, le ministre salvadorien des affaires étrangères, Hugo Martínez, a concédé à La Francolatina une interview exclusive autour de l’importance du XXe anniversaire des accords de paix qui mirent fin à la guerre civile au Salvador.

25 janvier 2012, par Eduardo Olivares Palma
Écouter l’interview d’Hugo Martínez

Écouter ou télécharger le son (click droit)

Écouter l’interview d’Hugo Martínez

Ingénieur, ancien député et membre du Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN) l’ancien mouvement de guérilla devenu parti politique après les accords de paix de 1992, Hugo Martínez est depuis le 1er juin 2009 ministre des affaires etrangères du gouvernement de Mauricie Funes, l’actuel président du Salvador.

Il sera ces jours-ci à Paris pour participer au Colloque consacré au XXe anniversaires des accords de paix qui, nous a-t-il- déclaré "ont une importance qui tient au fait qu’ils n’ont pas seulement mit fin à la guerre civile mais on surtout donné le coup d’envoi à la transition démocratique". Un processus qui est selon lui en "pleine consolidation". Il tient pour preuve le fait qu’elle a permis en 2009 une alternance pacifique et l’installation à la tête de l’état d’un membre du FMLN, le journaliste Mauricio Funes.

Solder la dette à l’égard des victimes du conflit armé

Lundi 16 janvier, jour du XXe anniversaire des accord de paix, le président Funes a choisi le village de El Mazote, où furent massacrés presque un millier de civiles, dont la moitié des enfants, pour demander pardon à la population au nom de l’état et lancer un appel à la fin de l’impunité dont jouissent notamment encore aujourd’hui les militaires responsables des atteintes aux droits de l’homme.

" En tant qu’état salvadorien nous avions une dette à l’égard des victimes civiles du conflit armé, qui avaient besoin et continuent d’avoir besoin de retrouver leur dignité, d’avoir une réparation et de connaître la vérité", signale Hugo Martínez.

Prudent, il estime ne pas être en mesure de prédire la vitesse à laquelle ce procès pourra aboutir car "cela ne dépend pas que du pouvoir exécutif mais aussi du pouvoir législatif et de la justice elle même".

Le rôle "essentiel" de la France et du Méxique

Pour le ministre des affaires étrangères Salvador, le rôle de la France et du Mexique aura été décisive notamment grâce à la fameuse déclaration franco-mexicaine qui, le 28 août 1981 avait reconnu le rôle et la légitimité du FMLN pour participer au processus de négociation dont la propre déclaration proclamait le besoin.

"Dans la première phase, destinée à mettre en place en le processus de négociation, pendant la négociation elle-même et finalement dans la mise en oeuvre des accords, ces deux pays ont joué un rôle essentiel", conclut le ministre salvadorien des affaires étrangères.

Un clin d’oeil à...Toulouse

En fin d’interview, Hugo Martinez, ingénieur de formation nous a parlé, en français ! de l’année d’études passée en France et tout particulièrement à Toulouse où il espère pouvoir faire un détour lors de son séjour en France.

Ecoutez ici-même l’intégralité de l’interview du ministre Hugo Martínez.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots