Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



La justice française condamne Manuel Noriega à 7 ans de prison

Accusé de blanchiment en France de quelque 2,3 millions d’euros issus du trafic de drogue, l’ancien dictateur vient d’être condamné par la justice de ce pays. Il y avait déjà déjà été condamné une première fois, en absence, en 1999.

7 juillet 2010

Il aura tout essayé pour échapper à la justice française mais, le 27 avril dernier, après des nombreuses et vaines tentatives, les États Unis avaient fini par donner une suite positive à la requête de la France et extradé celui qui, avec l’argent qu’il aurait obtenu du traffic de drogue, a acquis au moins trois belles propriétés quai d’Orsay, quai de Grenelle et rue de l’Université à Paris.

Les tracas de Manuel Noriega, qui a toujours soutenu que l’argent dont il disposait en France était le fruit de son travail pour la CIA, ont commencé en 1990 lorsque, coutumière du fait, l’armée américaine avait envahi le Panama prétextant l’exécution d’un soldat américain par des militaires panaméens.

Ils ont au passage arrêté et emmené de force Noriega aux Etas Unis où il fut condamné en 1992 à 40 ans de prison ferme. Sa peine a été ensuite ramenée à 30 ans puis réduite à 17 ans pour bonne conduite. Il était emprisonné en Floride d’où il a été transféré en France, qui vient de le condamner 23 ans après lui avoir octroyé la Légion d’Honneur.

Agent de la CIA ou agent double ? La question suscite encore la controverse, étant donné que le successeur du général Omar Torrijos passait parfois pour un "homme de gauche" qui, entre autres, aurait transmis des informations confidentielles à Cuba et d’avoir vendu des armes notamment à la "gauche communiste" latino-américaine et en particulier aux sandinistes.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots